ThinkstockPhotos-467331145 vivit Ergonomie am Arbeitsplatz.jpg

L’ergonomie du poste de travail - Comment les collaborateurs gardent-ils la bonne posture?

8 questions et réponses pour un environnement de travail sain et sans danger.

1. Travail à l’écran – Qu’est-ce qui ne va pas?

Lorsque la spécialiste en ergonomie Vera Bregger jette un coup d’oeil dans les bureaux, elle constate souvent la même erreur: des écrans qui sont placés bien trop haut. Les collaborateurs rentrent automatiquement la tête dans le cou et se crispent. Cela provoque des contractures ou entraîne même des problèmes de dos. Mais ce n’est pas une fatalité. «Pour être bien assis devant un PC, il faut que le bord supérieur de l’écran se trouve 5 à 10 cm en dessous de la hauteur des yeux. L’écran doit être légèrement incliné vers l’arrière», recommande Vera Bregger, spécialiste de la Gestion de la santé dans l’entreprise chez vivit. Ce n’est pas pour rien que la nuque, le dos et les épaules sont les zones qui posent le plus des problèmes chez les personnes qui passent leur journée au bureau. Le hic: on ne remarque pas tout de suite les mauvaises sollicitations «infligées» pendant des mois. Mais tôt ou tard, des douleurs musculaires ou articulaires se font sentir. De plus il y a un danger accru de troubles irrémédiables de posture ou d’usure. Pourquoi alors ne pas adopter, à titre préventif, la bonne position? Selon une enquête datant de 2011 et réalisée par la Ligue contre le rhumatisme, 10 millions de jours d’absence en Suisse sont dus à des maux de dos. Quiconque travaille en position assise souffre essentiellement de contractures musculaires. Les personnes qui exercent un travail physique ont plutôt tendance à avoir des maux de dos dus à une sollicitation physique trop grande. Le Seco (Secrétariat d’Etat à l’économie) a calculé, en 2009, que des absences au travail dues à des maladies de l’appareil locomoteur provoquées par des conditions de travail peu favorables coûtaient aux entreprises presque un milliard de francs par année.

2. Avez-vous de l’endurance?

Si on veut avoir une posture optimale, la chaise et la table doivent être adaptées à la taille de la personne (cf. conseils). On doit aussi apprendre à être assis. Si on reste constamment dans la même position, on souffrira inévitablement de contractures. Il vaut la peine de souvent changer de position devant sa table de travail et de détendre par moment les épaules et la nuque. S’asseoir en position droite avec le dos droit et raide n’est pas bon, contrairement à ce qui était préconisé autrefois. Le but est plutôt d’adopter une position assise «variée», à savoir de prendre différentes positions et d’introduire du mouvement de manière ciblée dans le travail au quotidien. Par exemple, on ne doit pas forcément être assis lors de séances. Pourquoi, par exemple, ne pas tenir une conférence en étant debout? L’expérience le montre: précisément parce que personne n’a à faire preuve d’endurance, de telles rencontres sont en règle générale plus courtes et plus efficaces.

Tout ce qu’il faut pour apporter plus de mouvement dans le travail au quotidien, c’est un peu d’imagination et la volonté de changer ses habitudes. Prenons l’exemple du téléphone: au lieu de rester assis lorsqu’on décroche le téléphone, on peut tout aussi bien téléphoner en étant debout. Et pourquoi ne pas aller se promener pendant la pause de midi? Ou encore descendre du bus un arrêt avant d’être arrivé à destination? Et pour changer, pourquoi ne pas emprunter les escaliers plutôt que l’ascenseur? Nombreux sont ceux qui se sentent trop fatigués le soir après le travail pour aller faire du sport. Il est alors d’autant plus important d’intégrer du mouvement au quotidien dans son travail. Quiconque bouge 30 minutes par jour de façon à augmenter sa fréquence cardiaque, fait quelque chose de bien pour sa santé. Sans mouvement, la place de travail la mieux aménagée sur le plan ergonomique ne peut pas grandement contribuer à une bonne santé.

3. Qu’apportent les bureaux avec lesquels on peut travailler debout?

Le meilleur réglage ergonomique n’est pas une question de travailler en position assise ou debout, mais une question de posture. Les bureaux avec lesquels on peut travailler debout ne sont pas une garantie contre les mauvaises postures: si la hauteur est mal réglée, il y a autant de sollicitations de la nuque, des épaules et des jambes. Du point de vue de l’ergonomie, il n’est pas non plus bon de rester debout toute la journée: les collaborateurs qui ont ce type de bureau devraient travailler en position debout environ deux heures et demie par jour et non de façon permanente car la musculature se fatigue et la posture se détériore automatiquement. Mails s’ils sont bien utilisés, ces bureaux sont une bonne chose: l’alternance entre la position assise et la position debout décharge le système locomoteur et les muscles sollicités sont différents dans les deux positions. La position debout favorise l’irrigation sanguine ce qui permet à l’oxygène et aux substances nutritives de mieux circuler dans les tissus et le cerveau. Ces tables permettant de travailler debout sont aussi un avantage lorsque plusieurs personnes se partagent un même bureau (Desk Sharing). Chacun peut régler la hauteur du pupitre en fonction de sa taille, en position assise ou debout.

4. Le travail au bureau est-il toujours le responsable?

Quiconque souffre de contractures dans la nuque lorsqu’il est à l’ordinateur rend souvent la mauvaise position au travail responsable de ses maux. Dans un premier temps, il faut effectivement contrôler la situation ergonomique de la place de travail. Mais la cause peut être toute autre, par exemple parce qu’on ne dort pas sur un bon oreiller et que cela provoque des crispations de la musculature. Vera Bregger, spécialiste du mouvement et de la santé chez vivit, recommande, dans de tels cas, de prendre un coussin repose-tête qui garantit un soutien optimal. Il ne faut pas non plus oublier que, une fois rentré à la maison, on continue aussi souvent à être assis devant un écran. Il faut donc aussi contrôler les réglages ergonomiques à la maison. Cela vaut la peine de prévenir: les tensions peuvent devenir chroniques. Certaines mesures comme des massages ou des exercices de détente peuvent certes atténuer à court terme les douleurs aiguës mais, pour prendre le mal à la racine, il faut contrôler la position que l’on adopte au travail et à la maison.

5. Travailler sur un portable constitue-t-il un problème?

Il n’est pas recommandé de travailler en permanence sur un ordinateur portable: non seulement l’écran est trop petit et cela fatigue les yeux mais aussi parce que, à la longue, la disposition du clavier et de l’écran provoque des crispations. Lorsque l’on travaille trop longtemps sur un ordinateur portable, il est recommandé d’installer au moins un clavier externe.

6. Porter une lourde charge?

Lorsqu’on exerce des activités physiques, l’ergonomie constitue également un facteur décisif pour le maintien de la santé. La règle de base est la suivante: il faut éviter les mouvements brusques. Si vous soulevez de lourdes charges, veillez non seulement à garder le dos droit mais aussi à détendre en même temps la musculature abdominale. Si vous respectez ces conseils élémentaires, vous diminuez le risque d’avoir des problèmes de disques intervertébraux.

7. Comment garder une bonne vue?

Le travail à l’écran est astreignant pour les yeux. Il n’est donc pas étonnant que si on a le regard constamment rivé sur un écran, on souffre de brûlures ou de fatigue oculaires. Si les muscles de l’oeil sont crispés, cela peut même provoquer des maux de tête. Mais, ici encore, on peut prévenir les problèmes. Par exemple, il est possible d’agrandir l’affichage à l’écran, de laisser errer le regard au loin de temps en temps et de cligner des yeux afin d’éviter une sécheresse oculaire; lorsque l’on se concentre en travaillant à l’écran, la fréquence des clignements des paupières diminue. La distance optimale entre les yeux et l’écran est de 70 à 90 cm, soit environ la longueur d’un bras. Il est préférable que la lumière du jour arrive latéralement sur l’écran. Si la fenêtre est située devant l’écran, on est aveuglé, mais si la fenêtre est située derrière l’écran, il y a des reflets sur l’écran, ce qui constitue une fatigue supplémentaire pour les yeux.

8. Quelles lunettes porter?

Les lunettes à verres progressifs ne sont pas appropriées pour le travail à l’écran car le champ de vision nette au milieu des verres est trop étroit. Par conséquent, on regarde l’écran par la partie inférieure du verre, ce qui automatiquement provoque des tensions dans la nuque – on parle alors de «position du vautour». Les lunettes de lecture ne sont pas non plus adaptées au travail à l’écran car les verres sont souvent trop étroits. Il est recommandé de travailler avec des lunettes conçues spécialement pour le travail à l’écran (champ de vision proche élargi).

Conseil: sécurité et santé au bureau

  • La chaise et le bureau doivent être réglés en fonction de la taille de la personne. Régler la hauteur de l’assise de sorte que l’angle formé par le haut du corps et les cuisses soit un peu supérieur à 90°. Les pieds doivent reposer à plat sur le sol.

  • Il doit y avoir la distance d’au moins deux doigts entre le bord du siège et le creux du genou. Le bord de la chaise ne doit pas appuyer sur le creux des genoux afin de ne pas entraver la circulation.

  • Placer la souris et le clavier de sorte que les avant-bras reposent à l’horizontal sur le bureau.

  • Bien placer les outils de travail: les documents doivent toujours être placés entre le clavier et l’écran. L’écart idéal entre le clavier et le bord de la table est de 10 cm environ.

  • L’écran doit être placé parallèlement au bord du bureau et légèrement incliné vers l’arrière. Veiller à ce que le bord supérieur de l’écran soit placé environ cinq à dix centimètres en dessous de la hauteur des yeux.

  • La chaise de bureau doit permettre de changer de position régulièrement; elle doit donc avoir un dossier mobile et disposer d’un mécanisme articulé.

  • Des exercices de stretching pratiqués de temps en temps détendent la musculature.

 

vivit, le centre de compétence pour la santé et la prévention de la CSS Assurance, vous conseille en matière de gestion de la santé dans l’entreprise (GSE). CSS Asurance est un partenaire stratégique de l'ASC.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.vivit.ch