la plattforme-artikelbild.jpg

Activités politiques

Par la fondation en automne 2016 de «la plateforme», l'ASC, Employés Suisse, la Société des employés de commerce ont allié leurs forces dans le domaine de la politique des employés.

L'objectif consiste à s'engager de manière renforcée dans le cadre d'une plateforme politique en faveur d'une politique des employés, sans idéologie, constructive et apte à affronter l'avenir. Ensemble, nous voulons davantage influencer le développement responsable et durable de la place de travail et industrielle suisse.

«La plateforme» s'est en particulier engagée pour la réforme vieillesse 2020 et a développé, en collaboration avec le rassemblement d'employeurs «alliance réflexion suisse», une approche pour une flexibilisation modérée de la loi sur le travail qui a trouvé un écho dans les médias. Suite au refus de la réforme de la prévoyance vieillesse du 24 septembre 2017, «la plateforme» a participé à une discussion entre les défenseurs des intérêts, initiée par Alain Berset, Conseiller fédéral, et elle s'est engagée en tant que bâtisseur de ponts pour un compromis qui prévoit des mesures de financement du 1er et du 2e pilier et pour une amélioration des rentes des bas salaire, ceci par suppression de la déduction de coordination.

Le partenariat social Swissmem a surtout été marqué par de constantes tensions entre le Syndicat Unia et les autres partenaires sociaux. Ce n'est qu'à fin 2017 que les litiges ont été réglés de manière à débloquer les flux financiers. Depuis le 1er janvier 2016 et dans le cadre d'une Convention collective de travail, les collaborateurs peuvent décider avec l'employeur de renoncer à la saisie du temps de travail ou à la saisir de manière simplifiée. Le renoncement prévoit en particulier une grande autonomie du travail et un revenu annuel de plus de 120'000 francs brut. En 2017, l'ASC a conclu deux conventions collectives de travail pour le renoncement à la saisie du temps de travail.

En outre, l'ASC s'est engagée en faveur de la diversité et l'égalité. Ainsi, en automne 2017, l'ASC a lancé un projet pilote en Suisse romande pour la certification des compétences de femmes qu'elles ont acquises de manière non formelle. Il s'agit d'évaluer les compétences des femmes qui ne disposent pas de formations de base ou continues formelles, mais qui sont en fait la main droite du partenaire et du propriétaire de PME ou qui détiennent d'importantes tâches et fonctions de conduite. Autant dans les médias que la politique, le lancement a été très bien accueilli.