08770_vivit_bild_business_flexible Arbeitsformen_2_15_624x416px.jpg

Qu’apportent les formes de travail flexibles?

Indépendance vis-à-vis du temps et du lieu; voici les deux principales caractéristiques des formes de travail flexibles. Le travail n’a donc pas de début ni de fin fixes et il ne doit pas forcément être exécuté au bureau. On peut le fait dans le train ou chez soi: les nouvelles technologies permettent de travailler partout. Les formes de travail flexibles sont plus souvent pratiquées dans le secteur des services que dans celui de la construction ou de l’industrie où la présence physique est indispensable.

Quels avantages apportent aux entreprises des formes de travail flexibles?

Les formes de travail flexibles supposent un grand sens de la responsabilité individuelle et une grande indépendance. De telles conditions de travail sont motivantes pour les collaborateurs et augmentent la productivité. D’une part parce que la flexibilité permet de mieux concilier engagements privés et professionnels et, d’autre part, parce que l’environnement de travail peut être adapté aux exigences du travail proprement dit. La personne qui peut se retirer chez elle pour un travail qui demande une grande concentration sera plus efficace que quelqu’un qui est sans cesse interrompu au bureau. Les entreprises qui permettent le travail flexible augmentent aussi, selon la branche, leurs chances sur le marché du recrutement. La jeune génération notamment, appelée les «Digital Natives», ainsi que les personnes hautement qualifiées accordent de l’importance à ces critères. Outre le salaire et la sécurité de l’emploi, l’indépendance et la liberté de planification du temps font partie des critères essentiels dans le choix d’une place de travail.

Quels sont les dangers pour les collaborateurs?

Les formes de travail flexibles peuvent ne pas être qu’une bénédiction, mais elles peuvent parfois être une malédiction. Ainsi il faut une bonne organisation personnelle. Cela requiert non seulement un grand sens du devoir mais aussi la capacité de «déconnecter» le soir et de ne pas être sans cesse «sur un plateau» pour l’entreprise. Cela peut aussi, bien sûr, être le cas, indépendamment des horaires de travail flexibles.

Le danger d’un épuisement augmente lorsqu’une personne ne sait pas gérer les libertés dont elle dispose sur sa place de travail, ne sait jamais dire non et, lorsqu’elle n’est pas au bureau, consulte sans cesse ses courriels et pense au travail. Ce qui est essentiel ici, c’est donc une sérieuse gestion de la santé dans l’entreprise permettant de déceler à temps des risques psycho-sociaux comme le stress ou l’épuisement. Les formes de travail flexibles supposent en outre un grand sens de la responsabilité individuelle, aussi pour le développement professionnel. Les employés qui sont souvent mobiles et ne travaillent pas au bureau devraient notamment demander activement à suivre des formations continues.

Les formes de travail flexibles sont-elles appropriées pour tout le monde?

Même si le travail permet d’être autonome et de travailler indépendamment de l’heure ou du lieu, cela ne signifie pas pour autant qu’il est approprié pour tout le monde ou pour toutes les activités. Si, par exemple, une personne attache une grande importance à l’échange permanent et personnel avec d’autres collaborateurs, si elle travaille mieux en étant dirigée ou bien si elle se laisse facilement distraire lorsqu’elle travaille en route ou chez elle, le choix le meilleur pour elle est alors des modèles de travail traditionnels. Et c’est ce choix que les entreprises devraient laisser à leurs employés.

Quelles sont les conditions techniques?

Du matériel mobile, une liaison sans fil stable et un accès illimité aux plateformes et systèmes nécessaires: voici quelles sont les conditions permettant un système de travail flexible et mobile. Il faut également des instruments de communication appropriés pour la collaboration virtuelle, par exemple pour la vidéotéléphonie ou pour des plateformes sur lesquelles il est possible de travailler en commun sur des documents. A cet égard, il faut particulièrement veiller aux questions de protection des données.

Travail à domicile: de quoi cela dépend-il?

Lorsque des collaborateurs travaillent davantage à domicile, le travail d’équipe ne doit pas pour autant en pâtir. Pour cela, on peut fixer des plages horaires où les personnes doivent être présentes physiquement; même les technologies les plus avancées ne peuvent pas remplacer l’échange personnel. En cas de travail en dehors de l’entreprise, il faut aussi fixer quand et comment les personnes peuvent être jointes. Le travail à domicile suppose en outre une grande capacité d’autogestion: pour une personne qui se laisse facilement distraire ou qui procrastine volontier, il vaut mieux travailler au bureau, en raison du contrôle social. Le travail à domicile n’est pas non plus recommandé lorsqu’il y a des enfants à la maison. S’occuper des enfants s’accorde difficilement avec les exigences de l’entreprise. En tout état de cause on peut dire que, si on travaille à domicile, il faut une séparation claire entre le travail et la famille. Lorsque les conditions pour un travail occasionnel à domicile sont réunies, on voit que les collaborateurs sont en général plus performants car ils peuvent mieux travailler à leur rythme.

vivit, le centre de compétence pour la santé et la prévention de la CSS Assurance, vous conseille en matière de gestion de la santé dans l’entreprise (GSE). CSS est un partenaire stratégique de l'ASC. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.vivit.ch